Archives mensuelles : décembre 2014

Revue de Métaphysique et de Morale 4/2014, L’Europe philosophique des congrès à la guerre

RMM4_2014_europe_philosophique_revue

La Revue de Métaphysique et de Morale vient de publier un numéro consacré à L’Europe philosophique des congrès à la guerre.

Index

Frédéric Worms et Caterina Zanfi – Présentation. L’Europe philosophique des congrès à la guerre

Stéphan Soulié La Revue de métaphysique et de morale et les congrès internationaux de philosophie (1900-1914) : une contribution à la construction d’une Internationale philosophique

Giuseppe Bianco Le  long et monotone chapelet de l’Esprit universel. Lignes-guide pour une histoire des congrès de philosophie

Jean-Louis Fabiani Le pragmatisme et l’internationalisation du débat philosophique autour de 1910

Elie During Langevin ou le paradoxe introuvable

Manlio Iofrida Un siècle après. Quelques remarques sur les principaux thèmes philosophiques du congrès de 1911

Walter Tega Paul Otlet, Otto Neurath, Le Corbusier : un projet pour la paix perpétuelle

Denis Thouard – Simmel et la guerre. De 14 à 18

De la présentation de Frédéric Worms et Caterina Zanfi : «  Tout pourrait sembler très simple, et déjà écrit dans le marbre. Il y eut les « Congrès mondiaux de philosophie » créés en 1900 à Paris, en même temps que la Société française de philosophie elle-même, et culminant dans celui de Bologne en 1911, qui coïncide avec les cinquante ans de l’unité Italienne et est ouvert par les plus hautes autorités politiques. Et puis il y eut la guerre. Une guerre qui ne vit pas s’affronter seulement les soldats mais aussi les intellectuels et les philosophes européens, ceux-là mêmes qui s’étaient donnés pour but de célébrer la paix de l’esprit et même la paix « par » l’esprit. Naïveté qui viendrait s’effondrer sur la réalité de l’histoire ; éclatement qui viendrait révéler une illusion. On aura beau recréer en 1920 des « meetings » ainsi nommés car on en excluait provisoirement l’Allemagne ; relancer des Congrès mondiaux qui, en 1937, seront encore le lieu d’affrontements « géophilosophiques ». Rien n’y fera. La secousse sera longue à retentir. Mais elle semble irréparable. Pourquoi, dès lors, y revenir ?

C’est que, justement, les deux questions sont liées, et l’une et l’autre plus complexes que l’on ne croit. Si les congrès avaient été les lieux idéaux et illusoirement philosophiques ou spiritualistes que l’on croit, alors la guerre pourrait n’être que la réalité brutalement politique et idéologique qui les déferait et les démasquerait. Il ne peut être question de nier les engagements idéologiques de tel ou tel philosophe et parmi les plus grands (Bergson en France, Scheler en Allemagne par exemple et parmi tant d’autres), ni les naïvetés non moins idéologiques de tel ou tel autre et parfois les mêmes, dans la promotion des congrès internationaux et universels.

affiche Europe Bologne oct 2012-1

Mais il importe aussi d’aller plus loin, et cela dans les deux sens : examiner la réalité historique et les problèmes philosophiques à l’œuvre dans les congrès, qui ne sont pas si unanimes et naïfs que cela, pour comprendre aussi que la guerre qui les ébranle en profondeur conduit aussi à les reprendre et pas seulement à les abandonner. Il se peut que cela ait eu lieu trop tard, comme c’est le cas exemplairement de Bergson, dont les Deux sources de la morale et de la religion répondront avec la distinction du « clos » et de « l’ouvert », mais d’une manière sans doute devenue inaudible, à ses discours antérieurs. Mais il se peut aussi que cela conduise à relire de plus près à la fois l’institution et l’histoire des congrès, et au-delà de la vitrine officielle et du menu des banquets (aussi alléchant soit-il), les problèmes philosophiques qui y furent traités. Tel est le but du présent dossier, issu pour partie d’un colloque tenu sur un colloque, le centenaire donc du Congrès de Bologne de 1911, mais dont on voit qu’il est la condition pour comprendre deux moments, celui de 1914 et le nôtre, aujourd’hui. (…)  »

Le tome recueillit une partie des actes du colloque L’Europe philosophique et scientifique du congrès de Bologne (1911) à la première guerre mondiale qui a eu lieu à Paris et à Bologne en octobre 2012.

BOLOGNA 1911 programma Ita

BOLOGNE 1911 programme Fra

La Grande Guerre des écrivains : D’Apollinaire à Zweig

Édition d’Antoine Compagnon

Capture d’écran 2014-12-09 à 16.52.25Avec la collaboration de Yuji Murakami

Collection Folio classique (n° 5763), Gallimard
Parution : 20-05-2014
«Toute écriture de la guerre, y compris la composition d’une anthologie, passe par une descente aux enfers, impose une épreuve expiatoire, entraîne la rencontre de nos fantômes, et l’on ne revient pas indemne d’une telle expédition. Parce que nous, hommes et femmes de ce début du XXIe siècle, avons longtemps nié la guerre, elle qui était la compagne infaillible de nos parents, de nos ancêtres depuis des générations ou même depuis toujours, sa représentation, fût-ce dans les livres, reste affreusement poignante. Notre chance a été de ne pas la fréquenter, de n’avoir pas eu à lui payer tribut, et c’est pourquoi nous nous retrouvons si démunis devant sa monstruosité. Il serait bien sûr indécent de comparer l’expérience du lecteur à celle du combattant, mais je voudrais que celle-là ait tout de même quelque chose d’approchant de celle-ci, que la lecture provoque une commotion, un sursaut d’anxiété, du dégoût et de la haine.»
Antoine Compagnon.
Parmi les textes présentés dans le recueil :
Gabriele D’Annunzio, Nocturne
Curzio Malaparte, Viva Caporetto!
Emilio Lussu, Les Hommes contre
Italo Svevo, La Conscience de Zeno