Archives de catégorie : Publications et comptes-rendus

Nuova pubblicazione: A Civil War of Words

Segnaliamo la pubblicazione di una raccolta di saggi sulla storia intellettuale della Prima guerra mondiale, con un saggio di Patrizia Dogliani sugli intellettuali italiani dall’interventismo all’impegno nel Fascismo. Schermata 2016-02-21 alle 20.42.17

Xavier Pla, Maximiliano Fuentes,  Francesc Montero (eds), A Civil War of Words. The Cultural Impact of the Great War in Catalonia, Spain, Europe and a Glance at Latin America,  Oxford, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Wien, Peter Lang, 2016, 441 pp. 

The Great War did not only mark the history of the twentieth century: to a large extent, the conflict also affected culture and literature in Europe and the rest of the world. This collection of essays aims to provide the reader with a broad and transdisciplinary perspective on the cultural
and political impact of the Great War. Using a comparative approach and focusing on Catalonia and Spain, this volume reflects the enormous variety of representations of the ‘theatre of war’ in both neutral and belligerent countries, causing a significant rejuvenation in fiction and journalistic genres in the subsequent decades.
This book features essays by some of the most important specialists in the First World War from Spain, Italy, Portugal, the United Kingdom and Latin America, who, in the centenary of the conflict, provide an innovative critical approach to this crucial event in contemporary history.

Contents: Xavier Pla/Maximiliano Fuentes Codera/Francesc Montero: Introduction – José Álvarez Junco: Europe before and after the Great War – Xosé M. Núñez Seixas: Some Reflections on the Great War and the Nationality Question in Europe – Patrizia Dogliani: A Civil War of Words in Italy: Italian intellectuals from Interventionism into WWI to Engagement into Fascism – Ana Paula Pires: The Sound of the Mind: Portuguese Intellectuals and the First World War – María Inés Tato: The Latin American Intellectual Field in the Face of the First World War: An Initial Approach – Vita Fortunati: Controversial Memories in the Discourse/ Narrative of World War I – Miquel Berga: Fought in Narrative: English Literature and the Cultural Memory of World War I – Mireia Llorens Ruiz: From Arcadia to Armageddon: Literary Conventions and Transgressions in the Work of Siegfried Sassoon – Antonio Monegal: Shell-Shocked Legacies: Narratives of Trauma in Virginia Woolf, W. H. R. Rivers and Pat Barker – Maximiliano Fuentes Codera: The Great War as an Expression of the Dispute between the «Two Spains» – Paul Aubert: The Motives of Francophilia: History of a Frustration – Xavier Pla: «A war is a volcano»: Theorists of War, Journalists in the Trenches and Intellectual Positions from Barcelona during the Great War – José Ramón González: Toward a Pro-Ally Collective Imagination: Spanish Writers in the Face of the Great War – August Rafanell: The Squadron of the Star: Catalan War Poetry – Enric Bou: Witnesses to an ‘Apocalyptic Storm’: Catalan Intellectuals and the Great War – David Jiménez Torres: Janus’s Relevance: Ramiro de Maeztu and the Great War – Àngel Duarte/Francesc Montero: Fighting and Writing for Catalonia and France: Frederic Pujulà and the Catalan Volunteers in the Trenches – Joan Safont Plumed: Amadeu Hurtado at the Iberia M
agazine: A Mainstay of Catalan Francophilia.

 

 

 

 

« La Grande Guerre et ses conséquences sur les relations culturelles et intellectuelles entre France et Italie » : compte rendu du séminaire du 27 mars 2015, Florence

Deuxième étape du programme de recherches sur les relations culturelles et intellectuelles entre la France et l’Italie durant la Grande Guerre, le séminaire organisé à Florence le 27 mars 2015 a réuni à nouveau le groupe de travail interdisciplinaire et franco-italien constitué à Bologne en mai 2014.

Alors que la rencontre de Bologne s’était concentrée sur l’année 1914, le séminaire florentin proposait de travailler sur une période plus large, embrassant la Grande Guerre et ses lendemains. Il s’agissait d’interroger les effets de la Grande Guerre sur les rapports intellectuels et culturels franco-italiens, en réfléchissant aux caractéristiques de la mobilisation culturelle et aux transformations induites par la guerre sur les contenus et les formes des échanges. Au centre, l’étude des articulations multiples entre le politique et le culturel.

La journée, qui a laissé une large place à la discussion, était organisée en deux temps, ménageant une progression chronologique et thématique : le matin, les travaux ont porté sur les vecteurs et les politiques culturelles, tandis que l’après-midi a été consacré aux échanges scientifiques, artistiques et culturels. Dans le sillage de la perspective interdisciplinaire et transnationale adoptée à Bologne, les communications ont évoqué des institutions, des réseaux, des pratiques ou des productions culturelles, à partir de sources variées, qu’il s’agisse de sources visuelles, comme les plaques photographiques ou les films, ou imprimées, telles les revues. Les archives institutionnelles et les correspondances, politiques, scientifiques et artistiques, ont également fait l’objet d’une attention particulière durant cette journée.

 

C’est l’Institut français de Florence qui accueillait cette deuxième rencontre. Les lieux appelaient une réflexion sur l’histoire de l’institution et sur son rôle dans les relations franco-italiennes, envisagé ici sur une plus longue durée. Comme cela avait été souligné à Bologne, l’Institut français constitue à la fois un vecteur et un observatoire privilégié de ces relations. L’exploitation de ses archives, d’une grande richesse, est l’un des volets de notre programme. Dans le prolongement du séminaire précédent et du colloque organisé en novembre dernier sur ses fonds photographiques, les résultats de nouvelles recherches menées dans ces archImageives ont été présentés lors de la journée. Il apparaît tout d’abord qu’à travers ses revues, ses conférences, ses photographies ou encore les associations qui gravitent autour de lui, l’IFF est un acteur majeur de la mobilisation visant à favoriser le rapprochement des nouveaux alliés. Le rôle de son fondateur et directeur, Julien Luchaire, est à cet égard essentiel. Ce dernier fait de l’institution un outil au service de la propagande de guerre. Et d’universitaire, il se fait propagandiste. Plusieurs interventions ont analysé ce passage du dialogue culturel à la propagande.

L’élargissement chronologique proposé dans le cadre de cette rencontre permettait une mise en perspective des fonctions de l’IFF et l’exploration de périodes moins connues, notamment l’entre-deux-guerres. L’étude de référence sur l’Institut, menée par Isabelle Renard, ne traite pas cette période. Plusieurs interventions ont convergé sur un point : l’année 1920 – année de départ de Julien Luchaire – constitue un tournant majeur dans l’histoire de l’institution. Le fonctionnement de l’établissement est en effet étroitement lié à la figure de son créateur. La période ultérieure fait actuellement l’objet d’un travail de laurea magistrale, dont les premiers résultats ont été présentés lors du séminaire. On considère généralement la décennie qui suit la Première Guerre mondiale comme une période de refroidissement des relations franco-italiennes. L’histoire de l’institut florentin témoigne de ces relations plus distendues, qui tiennent la fois à la personnalité plus en retrait du nouveau directeur, Henri Graillot, au climat d’hostilité à la France qui domine dans la péninsule et à la politique de contrôle menée par les autorités fascistes. Il convient cependant de nuancer ce tableau : l’IFF reste pour les Italiens un lieu d’apprentissage de la langue et de la culture françaises, et certains domaines, comme la musique, donnent lieu à des échanges privilégiés. L’une des pistes à explorer sera d’ailleurs le rôle de l’Institut dans l’antifascisme et dans la promotion d’un contre-modèle français.

De même, les interventions portant sur la période du conflit et ses lendemains immédiats amenaient-elles à complexifier notre regard sur l’IFF, en prenant en considération l’évolution des positions des collaborateurs de Julien Luchaire, ainsi que les désaccords internes. Elles invitaient également à ne pas négliger la permanence d’activités à vocation moins politique, comme les conférences en histoire de l’art – autre manière de proposer une vision plus nuancée des usages politiques de la culture par Julien Luchaire. De manière plus générale, cette attention constante à la chronologie fine et aux divisions internes a guidé nos travaux.

 

Le séminaire a ensuite mis en évidence la nécessité de réintroduire l’Allemagne comme troisième terme pour penser les rapports franco-italiens, tant du point de vue des relations – culturelles, intellectuelles, politiques – que du point de vue des représentations. L’Allemagne, qui était une référence et un allié pour l’Italie depuis le XIXe siècle, devient un ennemi, et un ennemi commun. Plusieurs communications se sont penchées sur les modalités de ce passage et sur ses conséquences.

Le domaine des sciences en fournit un premier exemple. La guerre provoque une reconfiguration des rapports scientifiques européens, dont les effets durent bien au-delà du conflit. L’entrée en guerre entraîne une rupture des réseaux scientifiques liés à l’Allemagne ainsi qu’une disqualification de la science allemande – disqualification que l’on retrouve du reste dans d’autres domaines – tandis que certains réseaux franco-italiens, délaissés avant le conflit, sont réactivés et qu’une intense collaboration scientifique entre les Alliés est mise en place au service de l’effort de guerre. Or, ces coopérations persistent après la guerre, les Allemands étant exclus des échanges scientifiques internationaux. D’autre part, ces reconfigurations ont des effets sur les objets mêmes de la recherche : si certains domaines dont les résultats ont vocation à être appliqués, comme la chimie, font l’objet d’un développement inédit durant le conflit – ce qui se conçoit aisément – d’autres secteurs sont abandonnés aux lendemains de la guerre en France comme en Italie, car ils sont associés à la science allemande. C’est par exemple le cas de la théorie des nombres. Le développement de la collaboration scientifique franco-italienne, dans ses structures comme dans ses contenus, est donc fonction d’un rejet de la science allemande.

En politique aussi, les rapports franco-italiens gagnent à être envisagés dans une perspective triangulaire. La guerre entraîne ainsi une reconfiguration des rapports entre socialistes français et socialistes italiens. La question du rapport à l’Allemagne et aux socialistes allemands est décisive dans ces évolutions, à court et moyen termes. Alors que les socialistes italiens s’étaient rapprochés de leurs homologues français avant 1914, suite au débat sur le révisionnisme en Allemagne, l’entrée en guerre vient rebattre les cartes car les Italiens se divisent sur l’attitude de la SFIO face au conflit. Le positionnement de ces derniers sur la neutralité de leur pays représente un enjeu décisif pour la constitution des camps adverses. Par la suite, l’intérêt renouvelé que les socialistes français portent aux Italiens est fonction de l’attention que leur accordent les Allemands. C’est ensuite autour du rapport à l’internationalisme (re)naissant que se redessinent les relations. Durant tout le conflit, et après, la relation des socialistes italiens au SPD est donc fondamentale pour comprendre leur rapport aux socialistes français et leurs positions face à la guerre.

 

La Grande Guerre engendre également des transformations en termes de représentations. Là aussi, le rapport à l’Allemagne – à l’Allemand – conditionne les représentations communes et réciproques des Français et des Italiens. Dans ce domaine comme dans les précédents, il faut bien entendu faire la part des variations internes, qu’elles soient politiques, sociales, géographiques et individuelles.

On peut observer cela dans la fabrique de l’ennemi comme dans l’élaboration de modèles concurrents. Le séminaire a ainsi été l’occasion de prolonger les réflexions esquissées à Bologne sur la construction et les évolutions de la figure de l’ennemi. Assigner ce rôle à l’Allemagne, pour les Italiens, n’avait rien d’évident. Dans la péninsule, c’est en effet l’Autrichien qui apparaît en 1914 comme l’ennemi par excellence. La propagande française joue ici un rôle décisif, via l’IFF. Le fonds photographique contient par exemple des images de destructions du patrimoine français provoquées par les Allemands, qui étaient montrées aux soldats. Le cinéma ou les revues pouvaient être utilisés dans le même sens.

L’étude de ces phénomènes sur la durée donne cependant à voir la complexité du cas italien. Après 1917, en Italie – comme en France – la figure du Slave vient côtoyer celle de l’Allemand au rang des ennemis communs. Mais surtout, pendant et après la guerre, la figure de l’ennemi intérieur, de l’imboscato, prend une importance croissante en Italie. L’analyse croisée des représentations du reduce dans les films de guerre français et italiens permet de mettre cela en évidence. Or, il s’agit là d’un enjeu essentiel pour comprendre les fractures internes de l’Italie, qui expliquent en partie l’installation du fascisme – lui-même friand d’ennemis intérieurs – tout comme les incompréhensions d’après-guerre entre les soeurs latines d’hier.

Corollaire de cette désignation d’un ennemi commun, l’élaboration d’idées de parenté et d’un commun culturel est destinée à promouvoir un modèle alternatif pour les peuples des deux pays. Ainsi la thématique de la latinité devient-elle fondamentale durant la Grande Guerre, parce qu’elle est brandie contre la germanité.

 

Cela nous conduit au troisième et dernier point : les travaux ont montré combien il était important de désessentialiser les relations franco-italiennes de cette période. L’idée d’une parenté entre les deux pays, notamment, n’a rien de naturel. Au contraire, elle est l’objet d’une construction, dont les fonctions sont essentiellement politiques et sont étroitement liées à la guerre et ses lendemains.

Revenons sur la question de la  latinité, fil rouge de cette journée. L’idée de la latinité comme socle commun des cultures françaises et italiennes apparaît au tournant du siècle. Elle est l’un des éléments du discours de réconciliation franco-italien. Mais cette mobilisation de la culture à des fins diplomatiques prend une toute autre ampleur avec la Grande Guerre, qui donne une portée nouvelle au concept. L’idée de sorellanza latina, de tradition latine commune, à fonction anti-allemande, est en effet centrale dans la propagande de guerre.

Le séminaire a permis d’étudier les vecteurs d’élaboration et de diffusion de ce discours, qu’il s’agisse de revues, comme la Revue des nations latines de Julien Luchaire et Guglielmo Ferrero, publiée à Paris et à Florence, ou d’associations, comme la Lega latina de la gioventù. Cette association, qui a fait l’objet d’une intervention, entend rassembler les jeunesses italienne et française autour de l’idée d’une origine latine commune, entendue ici en termes de race. Les débats autour de cette structure nous ont permis d’engager une réflexion sur la formation des élites à la sortie de la guerre et sur la signification donnée dans ce cadre au modèle français. Les usages de cette notion utilisée pour fabriquer du commun sont en réalité multiformes. Ils peuvent être techniques (ainsi l’union monétaire opposée au système prussien), politiques ou diplomatiques. Ces derniers sont d’ailleurs réversibles : durant la guerre, c’est un usage offensif qui prévaut, alors qu’après, le concept peut aussi avoir une fonction défensive – c’est le thème de la « latinité trahie ». Luigi Luzzatti l’utilise volontiers en ce sens, comme outil diplomatique, aux lendemains du conflit. Comme l’ont souligné plusieurs chercheurs, cette notion et ses multiples usages mériteraient une étude systématique, qui pourrait être menée à différents niveaux, individuel, associatif et institutionnel.

Le prisme de l’individu semble à cet égard particulièrement intéressant. Il permet en outre de rendre compte de la variété des positions et des contradictions internes, et ce faisant, de défiger l’étude des relations culturelles. Durant le conflit, des acteurs majeurs du monde culturel et scientifique de France et d’Italie sont amenés à avoir des activités politiques, qui conditionnent leur production et l’orientation de leur réseau. C’est le cas de Julien Luchaire ou du mathématicien Vico Volterra. Se pose alors la question de leur devenir après la guerre. C’est souvent au niveau européen que les expériences qu’ils ont menées sont ensuite réélaborées. Mais le prisme de l’individu permet aussi d’envisager les possibles et les projets mis à mal par l’éclatement du conflit. L’analyse de la correspondance entre Apollinaire et Soffici laisse ainsi penser que le futurisme, qu’on associe généralement à l’Italie, aurait pu avoir un destin européen.

 

À l’issue de cette journée, les reconfigurations opérées par le conflit se dessinent plus nettement. Les hommes et les outils du dialogue culturel franco-italien d’avant 1914 sont mis au service de la propagande de guerre. Le rapprochement franco-italien qui s’opère durant les années de la guerre se fait au prix d’une rupture radicale avec l’Allemagne et de sa constitution en ennemi, dont les conséquences sont durables et affectent de nombreux domaines de la culture et des sciences. Elle s’accompagne de l’élaboration de thématiques et représentations communes qui persistent malgré l’éloignement entre les deux pays après le conflit – éloignement qu’il convient cependant de nuancer. La réflexion sur l’évolution des relations franco-italiennes durant cette période est donc cruciale pour comprendre les transformations culturelles et politiques ultérieures en Europe, mais aussi pour mieux saisir des moments-clés de l’histoire italienne comme l’installation du fascisme.

 

 

 

Call for Papers: Donne « comuni » nell’Europa della Grande Guerra

Segnaliamo un Call for Papers sulle Donne nella Grande Guerra, in vista di un numero monografico della rivista «Genesis» curato da Roberto Bianchi e Monica Pacini.

Version française dans le fichier ci-joint.

English version in the attached file.

CALL FOR PAPERS
Genesis. Rivista della Società Italiana delle Storiche, 2016, 1
Donne “comuni” nell’Europa della Grande Guerra
Genesis invita a presentare contributi per un numero monografico sulla mobilitazione totale nelle
società europee durante la Prima guerra mondiale.
Il numero si propone come un’occasione di confronto transnazionale sulla partecipazione femminile
alla Grande Guerra – intesa sia come coinvolgimento, diretto e indiretto, sia come resistenza, attiva
e passiva – e sulle sue conseguenze di lungo periodo in termini di processi di nazionalizzazione,
politicizzazione e modernizzazione.
La storiografia internazionale riflette da tempo sulla dimensione qualitativa e quantitativa della
partecipazione delle donne alla guerra e al lavoro (retribuito e volontario) durante il conflitto e nel
dopoguerra; sulla gestione della mobilitazione civile nei rapporti tra fronte e fronte interno, sulle
relazioni di genere nel mercato del lavoro, sui momenti di opposizione al conflitto che concorsero a
creare nuove forme di welfare, sulle iniziative, le divisioni e le contraddizioni del movimento e
delle associazioni femministe.
Sollecitiamo la presentazione di ricerche strutturate sulla comparazione tra contesti nazionali
diversi, che indaghino tempi e modi nei quali la mobilitazione totale coinvolse le donne “comuni”
della piccola e media borghesia (urbana e rurale), di estrazione operaia, artigiana e contadina.
Intendiamo portare l’attenzione su come nei vari Stati e nelle varie fasi della guerra questi segmenti
sociali si rapportarono e reagirono alle richieste, alle pressioni, alla propaganda, alle opere concrete
delle istituzioni, delle imprese e degli organismi della società civile, analizzando la
trasmissione/manipolazione di idee e pratiche, le resistenze, le asimmetrie di potere tra i generi e le
ricadute di questi processi sulle relazioni sociali, familiari e generazionali, nell’ambito del lavoro,
della presenza nello spazio pubblico, della vita quotidiana e dell’intimità.
In quest’ottica saranno privilegiate ricerche che affrontino le seguenti tematiche:
• il protagonismo femminile, nella mobilitazione bellica e nell’opposizione alla guerra;
• l’addestramento a nuovi lavori, funzioni e professioni nel quadro della riorganizzazione dei
rapporti tra sfera produttiva e riproduttiva indotta dalla mobilitazione totale, dalla compressione dei
consumi e dalle crisi sociali;
• i mondi del lavoro e dell’assistenza come luoghi di rimescolamento sociale, di genere e
geografico, di incontro/scontro tra culture, abitudini e linguaggi differenti; le forme di protesta e di
solidarietà agite nei teatri di conflitto sociale e sindacale, sul lavoro, nei mercati, nelle piazze;
• le attività economiche e le politiche sociali che coinvolsero le popolazioni dei territori
occupati;
• le trasformazioni vissute dalle famiglie nelle città e nelle campagne, vicine e lontane dal
fronte, sia nelle diverse fasi della guerra, sia al ritorno dei reduci;
• le ripercussioni del conflitto sulla formazione delle persone (adolescenti e bambine) nate nei
primi anni del XX secolo che vissero la guerra come figlie di mobilitati militari o civili.
Le proposte potranno essere scritte in italiano, inglese o francese; dovranno contenere un abstract
(300 parole al massimo) e un breve profilo scientifico di autrici/autori; e dovranno pervenire entro il
15 maggio 2015 ai curatori del numero, Roberto Bianchi roberto.bianchi@unifi.ite Monica Pacini
monicapacini@libero.it.
L’eventuale accettazione verrà comunicata entro il 30 maggio 2015
Gli articoli selezionati per la pubblicazione (max 50.000 caratteri, spazi e note inclusi) dovranno
essere consegnati in forma definitiva entro il 30 settembre 2015 e saranno sottoposti a peer review,
anonimo nei due sensi.
Saranno presi in considerazione per la pubblicazione articoli in italiano, inglese e francese.

CFP, Genesis 2016, 1

Revue de Métaphysique et de Morale 4/2014, L’Europe philosophique des congrès à la guerre

RMM4_2014_europe_philosophique_revue

La Revue de Métaphysique et de Morale vient de publier un numéro consacré à L’Europe philosophique des congrès à la guerre.

Index

Frédéric Worms et Caterina Zanfi – Présentation. L’Europe philosophique des congrès à la guerre

Stéphan Soulié La Revue de métaphysique et de morale et les congrès internationaux de philosophie (1900-1914) : une contribution à la construction d’une Internationale philosophique

Giuseppe Bianco Le  long et monotone chapelet de l’Esprit universel. Lignes-guide pour une histoire des congrès de philosophie

Jean-Louis Fabiani Le pragmatisme et l’internationalisation du débat philosophique autour de 1910

Elie During Langevin ou le paradoxe introuvable

Manlio Iofrida Un siècle après. Quelques remarques sur les principaux thèmes philosophiques du congrès de 1911

Walter Tega Paul Otlet, Otto Neurath, Le Corbusier : un projet pour la paix perpétuelle

Denis Thouard – Simmel et la guerre. De 14 à 18

De la présentation de Frédéric Worms et Caterina Zanfi : «  Tout pourrait sembler très simple, et déjà écrit dans le marbre. Il y eut les « Congrès mondiaux de philosophie » créés en 1900 à Paris, en même temps que la Société française de philosophie elle-même, et culminant dans celui de Bologne en 1911, qui coïncide avec les cinquante ans de l’unité Italienne et est ouvert par les plus hautes autorités politiques. Et puis il y eut la guerre. Une guerre qui ne vit pas s’affronter seulement les soldats mais aussi les intellectuels et les philosophes européens, ceux-là mêmes qui s’étaient donnés pour but de célébrer la paix de l’esprit et même la paix « par » l’esprit. Naïveté qui viendrait s’effondrer sur la réalité de l’histoire ; éclatement qui viendrait révéler une illusion. On aura beau recréer en 1920 des « meetings » ainsi nommés car on en excluait provisoirement l’Allemagne ; relancer des Congrès mondiaux qui, en 1937, seront encore le lieu d’affrontements « géophilosophiques ». Rien n’y fera. La secousse sera longue à retentir. Mais elle semble irréparable. Pourquoi, dès lors, y revenir ?

C’est que, justement, les deux questions sont liées, et l’une et l’autre plus complexes que l’on ne croit. Si les congrès avaient été les lieux idéaux et illusoirement philosophiques ou spiritualistes que l’on croit, alors la guerre pourrait n’être que la réalité brutalement politique et idéologique qui les déferait et les démasquerait. Il ne peut être question de nier les engagements idéologiques de tel ou tel philosophe et parmi les plus grands (Bergson en France, Scheler en Allemagne par exemple et parmi tant d’autres), ni les naïvetés non moins idéologiques de tel ou tel autre et parfois les mêmes, dans la promotion des congrès internationaux et universels.

affiche Europe Bologne oct 2012-1

Mais il importe aussi d’aller plus loin, et cela dans les deux sens : examiner la réalité historique et les problèmes philosophiques à l’œuvre dans les congrès, qui ne sont pas si unanimes et naïfs que cela, pour comprendre aussi que la guerre qui les ébranle en profondeur conduit aussi à les reprendre et pas seulement à les abandonner. Il se peut que cela ait eu lieu trop tard, comme c’est le cas exemplairement de Bergson, dont les Deux sources de la morale et de la religion répondront avec la distinction du « clos » et de « l’ouvert », mais d’une manière sans doute devenue inaudible, à ses discours antérieurs. Mais il se peut aussi que cela conduise à relire de plus près à la fois l’institution et l’histoire des congrès, et au-delà de la vitrine officielle et du menu des banquets (aussi alléchant soit-il), les problèmes philosophiques qui y furent traités. Tel est le but du présent dossier, issu pour partie d’un colloque tenu sur un colloque, le centenaire donc du Congrès de Bologne de 1911, mais dont on voit qu’il est la condition pour comprendre deux moments, celui de 1914 et le nôtre, aujourd’hui. (…)  »

Le tome recueillit une partie des actes du colloque L’Europe philosophique et scientifique du congrès de Bologne (1911) à la première guerre mondiale qui a eu lieu à Paris et à Bologne en octobre 2012.

BOLOGNA 1911 programma Ita

BOLOGNE 1911 programme Fra

La Grande Guerre des écrivains : D’Apollinaire à Zweig

Édition d’Antoine Compagnon

Capture d’écran 2014-12-09 à 16.52.25Avec la collaboration de Yuji Murakami

Collection Folio classique (n° 5763), Gallimard
Parution : 20-05-2014
«Toute écriture de la guerre, y compris la composition d’une anthologie, passe par une descente aux enfers, impose une épreuve expiatoire, entraîne la rencontre de nos fantômes, et l’on ne revient pas indemne d’une telle expédition. Parce que nous, hommes et femmes de ce début du XXIe siècle, avons longtemps nié la guerre, elle qui était la compagne infaillible de nos parents, de nos ancêtres depuis des générations ou même depuis toujours, sa représentation, fût-ce dans les livres, reste affreusement poignante. Notre chance a été de ne pas la fréquenter, de n’avoir pas eu à lui payer tribut, et c’est pourquoi nous nous retrouvons si démunis devant sa monstruosité. Il serait bien sûr indécent de comparer l’expérience du lecteur à celle du combattant, mais je voudrais que celle-là ait tout de même quelque chose d’approchant de celle-ci, que la lecture provoque une commotion, un sursaut d’anxiété, du dégoût et de la haine.»
Antoine Compagnon.
Parmi les textes présentés dans le recueil :
Gabriele D’Annunzio, Nocturne
Curzio Malaparte, Viva Caporetto!
Emilio Lussu, Les Hommes contre
Italo Svevo, La Conscience de Zeno

Intellectuels français et italiens dans l’année 1914: compte-rendu du séminaire du 30 mai 2014, Bologne (Italie)

Le séminaire qui s’est tenu au département d’histoire de l’Université de Bologne le 30 mai 2014 a réuni une équipe scientifique pluridisciplinaire et franco-italienne autour des échanges intellectuels entre la France et l’Italie dans l’année 1914.

La libre circulation de la parole entre les différents intervenants sous la forme d’une table ronde a exposé les résultats des enquêtes individuelles, a mis à jour de nouveaux questionnements et a permis de poser des jalons pour des études futures. Cet espace ouvert de discussion et de confrontation, de mise en commun des interrogations et des pistes de recherche ainsi que du matériel et des fonds d’archives inédits a pris place dans une approche interdisciplinaire et transnationale.

Le Mot

Point central de notre réflexion : la question de la neutralité de l’Italie en 1914 et des influences intellectuelles françaises sur les prises de position politique et de l’engagement interventionniste de leurs homologues italiens, en particulier dans les villes de Florence et de Bologne. Dans ce cadre, l’Institut culturel français de Florence (IFF) – premier du genre, en Europe, lors de sa création en 1907 par le jeune professeur de langues vivantes, Julien Luchaire – a clairement émergé en tant que l’un des principaux acteurs de ces échanges intellectuels et place nodale de ces influences croisées. Avec l’entrée en guerre de la France, l’IFF se charge, en effet, d’une dimension politique, diplomatique et de propagande.

Les archives de l’IFF – encore conservées, aujourd’hui, dans le siège de l’Institut français à Florence – ont fait l’objet d’une attention particulière. Une présentation du fonds photographique a exposé sa composition et son intérêt scientifique. Il est constitué de 4.500 plaques de verres reproduisant des œuvres d’art, des objets d’histoire et de géographie française très certainement destinées à usage de diapositives durant les cours de civilisation dispensés à l’IFF. Mais ces supports présentent également plus d’une centaine d’images (dessins et photos) de soldats et de la vie sur le front. Si la dimension didactique de ce matériel semble donc avérée, elle atteste, en même temps, d’une véritable avant-garde culturelle de l’IFF dans le traitement de l’événement belliqueux. Des recherches en cours sur ce fonds permettront de déterminer de manière plus exacte la datation de ces reproductions, leurs conditions de diffusion et de réception. Une journée d’étude consacrée à ce fonds documentaire est prévue, à l’IFF, le 11 novembre prochain.

Notre séminaire s’est appliqué à retracer, et à croiser, les parcours individuels des acteurs de ces échanges culturels : les intellectuels français et italiens dans les premières années du conflit. « L’intellectuel » a ici été compris dans une acception large : de l’artiste à l’universitaire, en passant par le psychologue, le scientifique, le mathématicien, le philosophe, etc. Ont notamment été évoquées les prises de position et l’influence des personnalités suivantes : Julien Luchaire et son fils Jean, initiateur avec Leo Ferrero (fils de Guglielmo Ferrero et de Gina Lombroso) de la Lega Latina della Gioventù, Benedetto Croce, Romain Rolland, Ardengo Soffici, Giovanni Papini, Giuseppe Prezzolini et Gaetano Salvemini.

Notre attention s’est aussi portée sur les lieux matériels et immatériels de ces échanges intellectuels : les instituts (en particulier l’IFF), les comités de la société Dante Alighieri, les associations, les partis politiques, les universités, les prises de position orales de ces acteurs lors de conférences, de congrès et d’interventions à la radio, leurs écrits (livres, journaux, mémoires, correspondances) et leurs revues. A la fois lieux de production et vecteurs d’opinion, ces dernières constituent de véritables laboratoires d’analyse, d’observation et de diffusion de leurs idées. On a notamment évoqué le cas de La Voce, de Lacerba, et des revues de l’IFF : le Bulletin franco-italien et France-Italie. Nous en avons également interrogé la réception : ces productions intellectuelles fonctionnent-elles en vase clos ? C’est-à-dire en termes d’autoproduction, autodiffusion, auto-réception ? Il y-a-t-il une véritable politique de communication ou bien ces productions circulent-elles en interne, c’est-à-dire sans quitter le cercle restreint des élites, françaises et italiennes ? Le cas de l’IFF donne à réfléchir puisqu’il semble jouer l’un et l’autre rôle, à la fois espace de rencontre des élites et porte-voix d’un discours français auprès de l’opinion publique italienne.

C’est, toutefois, par le biais des productions artistiques et de leurs manifestations culturelles (films, expositions, concerts, etc.) que ces discours atteignent plus directement un public populaire. Dans le cadre de cette journée, on s’est ainsi attaché à l’examen des représentations de la guerre et de la figure de l’ennemi dans le champ cinématographique, photographique, artistique et littéraire ; les domaines de la musique et du théâtre n’ont pas été détaillés lors du séminaire mais s’inscrivent pleinement dans cette réflexion. On note, donc, une évolution dans la représentation de l’ennemi qui change au cours du conflit et se déplace de l’image du barbare allemand, destructeur de la culture et de la civilisation latine, pour aller peu à peu vers une stigmatisation plus vaste du peuple slave.

De façon générale, la circulation des « objets » culturels et intellectuels (écrit, oralité et images) entraîne avec elle des phénomènes d’altération (particulièrement visibles dans le cas des traductions) et participent de ces influences réciproques, à l’origine des phénomènes de transferts culturels. En 1914, ces questions sont particulièrement sensibles et se chargent de forts enjeux politico-diplomatiques lors de leur passage de l’autre côté de la frontière des Alpes. Nous avons notamment pu mettre en lumière la façon dont les prises de position intellectuelles ont affecté la conduite des relations internationales et entraîné l’apparition d’une première diplomatie culturelle en direction de l’opinion publique, qui serait particulièrement visible dans le cas de l’IFF et reconductible à cette année. Cela fait-il de 1914 une année de césure, une année charnière sur le plan des relations intellectuelles et culturelles entre la France et l’Italie ? Celles-ci subissent-elles un tournant en 1914 et sont-elles, dès lors, traitées et abordées de façon différente ?

Ce premier séminaire a donc ouvert des perspectives sur les vecteurs de communication entre élites françaises et italiennes, sur la façon dont leurs contenus, dans les différents champs intellectuels, ont été altérés par l’émergence du conflit et sur le rôle joué par ces productions auprès d’un large public.