Intellectuels français et italiens dans l’année 1914: compte-rendu du séminaire du 30 mai 2014, Bologne (Italie)

Le séminaire qui s’est tenu au département d’histoire de l’Université de Bologne le 30 mai 2014 a réuni une équipe scientifique pluridisciplinaire et franco-italienne autour des échanges intellectuels entre la France et l’Italie dans l’année 1914.

La libre circulation de la parole entre les différents intervenants sous la forme d’une table ronde a exposé les résultats des enquêtes individuelles, a mis à jour de nouveaux questionnements et a permis de poser des jalons pour des études futures. Cet espace ouvert de discussion et de confrontation, de mise en commun des interrogations et des pistes de recherche ainsi que du matériel et des fonds d’archives inédits a pris place dans une approche interdisciplinaire et transnationale.

Le Mot

Point central de notre réflexion : la question de la neutralité de l’Italie en 1914 et des influences intellectuelles françaises sur les prises de position politique et de l’engagement interventionniste de leurs homologues italiens, en particulier dans les villes de Florence et de Bologne. Dans ce cadre, l’Institut culturel français de Florence (IFF) – premier du genre, en Europe, lors de sa création en 1907 par le jeune professeur de langues vivantes, Julien Luchaire – a clairement émergé en tant que l’un des principaux acteurs de ces échanges intellectuels et place nodale de ces influences croisées. Avec l’entrée en guerre de la France, l’IFF se charge, en effet, d’une dimension politique, diplomatique et de propagande.

Les archives de l’IFF – encore conservées, aujourd’hui, dans le siège de l’Institut français à Florence – ont fait l’objet d’une attention particulière. Une présentation du fonds photographique a exposé sa composition et son intérêt scientifique. Il est constitué de 4.500 plaques de verres reproduisant des œuvres d’art, des objets d’histoire et de géographie française très certainement destinées à usage de diapositives durant les cours de civilisation dispensés à l’IFF. Mais ces supports présentent également plus d’une centaine d’images (dessins et photos) de soldats et de la vie sur le front. Si la dimension didactique de ce matériel semble donc avérée, elle atteste, en même temps, d’une véritable avant-garde culturelle de l’IFF dans le traitement de l’événement belliqueux. Des recherches en cours sur ce fonds permettront de déterminer de manière plus exacte la datation de ces reproductions, leurs conditions de diffusion et de réception. Une journée d’étude consacrée à ce fonds documentaire est prévue, à l’IFF, le 11 novembre prochain.

Notre séminaire s’est appliqué à retracer, et à croiser, les parcours individuels des acteurs de ces échanges culturels : les intellectuels français et italiens dans les premières années du conflit. « L’intellectuel » a ici été compris dans une acception large : de l’artiste à l’universitaire, en passant par le psychologue, le scientifique, le mathématicien, le philosophe, etc. Ont notamment été évoquées les prises de position et l’influence des personnalités suivantes : Julien Luchaire et son fils Jean, initiateur avec Leo Ferrero (fils de Guglielmo Ferrero et de Gina Lombroso) de la Lega Latina della Gioventù, Benedetto Croce, Romain Rolland, Ardengo Soffici, Giovanni Papini, Giuseppe Prezzolini et Gaetano Salvemini.

Notre attention s’est aussi portée sur les lieux matériels et immatériels de ces échanges intellectuels : les instituts (en particulier l’IFF), les comités de la société Dante Alighieri, les associations, les partis politiques, les universités, les prises de position orales de ces acteurs lors de conférences, de congrès et d’interventions à la radio, leurs écrits (livres, journaux, mémoires, correspondances) et leurs revues. A la fois lieux de production et vecteurs d’opinion, ces dernières constituent de véritables laboratoires d’analyse, d’observation et de diffusion de leurs idées. On a notamment évoqué le cas de La Voce, de Lacerba, et des revues de l’IFF : le Bulletin franco-italien et France-Italie. Nous en avons également interrogé la réception : ces productions intellectuelles fonctionnent-elles en vase clos ? C’est-à-dire en termes d’autoproduction, autodiffusion, auto-réception ? Il y-a-t-il une véritable politique de communication ou bien ces productions circulent-elles en interne, c’est-à-dire sans quitter le cercle restreint des élites, françaises et italiennes ? Le cas de l’IFF donne à réfléchir puisqu’il semble jouer l’un et l’autre rôle, à la fois espace de rencontre des élites et porte-voix d’un discours français auprès de l’opinion publique italienne.

C’est, toutefois, par le biais des productions artistiques et de leurs manifestations culturelles (films, expositions, concerts, etc.) que ces discours atteignent plus directement un public populaire. Dans le cadre de cette journée, on s’est ainsi attaché à l’examen des représentations de la guerre et de la figure de l’ennemi dans le champ cinématographique, photographique, artistique et littéraire ; les domaines de la musique et du théâtre n’ont pas été détaillés lors du séminaire mais s’inscrivent pleinement dans cette réflexion. On note, donc, une évolution dans la représentation de l’ennemi qui change au cours du conflit et se déplace de l’image du barbare allemand, destructeur de la culture et de la civilisation latine, pour aller peu à peu vers une stigmatisation plus vaste du peuple slave.

De façon générale, la circulation des « objets » culturels et intellectuels (écrit, oralité et images) entraîne avec elle des phénomènes d’altération (particulièrement visibles dans le cas des traductions) et participent de ces influences réciproques, à l’origine des phénomènes de transferts culturels. En 1914, ces questions sont particulièrement sensibles et se chargent de forts enjeux politico-diplomatiques lors de leur passage de l’autre côté de la frontière des Alpes. Nous avons notamment pu mettre en lumière la façon dont les prises de position intellectuelles ont affecté la conduite des relations internationales et entraîné l’apparition d’une première diplomatie culturelle en direction de l’opinion publique, qui serait particulièrement visible dans le cas de l’IFF et reconductible à cette année. Cela fait-il de 1914 une année de césure, une année charnière sur le plan des relations intellectuelles et culturelles entre la France et l’Italie ? Celles-ci subissent-elles un tournant en 1914 et sont-elles, dès lors, traitées et abordées de façon différente ?

Ce premier séminaire a donc ouvert des perspectives sur les vecteurs de communication entre élites françaises et italiennes, sur la façon dont leurs contenus, dans les différents champs intellectuels, ont été altérés par l’émergence du conflit et sur le rôle joué par ces productions auprès d’un large public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.