« La Grande Guerre et ses conséquences sur les relations culturelles et intellectuelles entre France et Italie » : compte rendu du séminaire du 27 mars 2015, Florence

Deuxième étape du programme de recherches sur les relations culturelles et intellectuelles entre la France et l’Italie durant la Grande Guerre, le séminaire organisé à Florence le 27 mars 2015 a réuni à nouveau le groupe de travail interdisciplinaire et franco-italien constitué à Bologne en mai 2014.

Alors que la rencontre de Bologne s’était concentrée sur l’année 1914, le séminaire florentin proposait de travailler sur une période plus large, embrassant la Grande Guerre et ses lendemains. Il s’agissait d’interroger les effets de la Grande Guerre sur les rapports intellectuels et culturels franco-italiens, en réfléchissant aux caractéristiques de la mobilisation culturelle et aux transformations induites par la guerre sur les contenus et les formes des échanges. Au centre, l’étude des articulations multiples entre le politique et le culturel.

La journée, qui a laissé une large place à la discussion, était organisée en deux temps, ménageant une progression chronologique et thématique : le matin, les travaux ont porté sur les vecteurs et les politiques culturelles, tandis que l’après-midi a été consacré aux échanges scientifiques, artistiques et culturels. Dans le sillage de la perspective interdisciplinaire et transnationale adoptée à Bologne, les communications ont évoqué des institutions, des réseaux, des pratiques ou des productions culturelles, à partir de sources variées, qu’il s’agisse de sources visuelles, comme les plaques photographiques ou les films, ou imprimées, telles les revues. Les archives institutionnelles et les correspondances, politiques, scientifiques et artistiques, ont également fait l’objet d’une attention particulière durant cette journée.

 

C’est l’Institut français de Florence qui accueillait cette deuxième rencontre. Les lieux appelaient une réflexion sur l’histoire de l’institution et sur son rôle dans les relations franco-italiennes, envisagé ici sur une plus longue durée. Comme cela avait été souligné à Bologne, l’Institut français constitue à la fois un vecteur et un observatoire privilégié de ces relations. L’exploitation de ses archives, d’une grande richesse, est l’un des volets de notre programme. Dans le prolongement du séminaire précédent et du colloque organisé en novembre dernier sur ses fonds photographiques, les résultats de nouvelles recherches menées dans ces archImageives ont été présentés lors de la journée. Il apparaît tout d’abord qu’à travers ses revues, ses conférences, ses photographies ou encore les associations qui gravitent autour de lui, l’IFF est un acteur majeur de la mobilisation visant à favoriser le rapprochement des nouveaux alliés. Le rôle de son fondateur et directeur, Julien Luchaire, est à cet égard essentiel. Ce dernier fait de l’institution un outil au service de la propagande de guerre. Et d’universitaire, il se fait propagandiste. Plusieurs interventions ont analysé ce passage du dialogue culturel à la propagande.

L’élargissement chronologique proposé dans le cadre de cette rencontre permettait une mise en perspective des fonctions de l’IFF et l’exploration de périodes moins connues, notamment l’entre-deux-guerres. L’étude de référence sur l’Institut, menée par Isabelle Renard, ne traite pas cette période. Plusieurs interventions ont convergé sur un point : l’année 1920 – année de départ de Julien Luchaire – constitue un tournant majeur dans l’histoire de l’institution. Le fonctionnement de l’établissement est en effet étroitement lié à la figure de son créateur. La période ultérieure fait actuellement l’objet d’un travail de laurea magistrale, dont les premiers résultats ont été présentés lors du séminaire. On considère généralement la décennie qui suit la Première Guerre mondiale comme une période de refroidissement des relations franco-italiennes. L’histoire de l’institut florentin témoigne de ces relations plus distendues, qui tiennent la fois à la personnalité plus en retrait du nouveau directeur, Henri Graillot, au climat d’hostilité à la France qui domine dans la péninsule et à la politique de contrôle menée par les autorités fascistes. Il convient cependant de nuancer ce tableau : l’IFF reste pour les Italiens un lieu d’apprentissage de la langue et de la culture françaises, et certains domaines, comme la musique, donnent lieu à des échanges privilégiés. L’une des pistes à explorer sera d’ailleurs le rôle de l’Institut dans l’antifascisme et dans la promotion d’un contre-modèle français.

De même, les interventions portant sur la période du conflit et ses lendemains immédiats amenaient-elles à complexifier notre regard sur l’IFF, en prenant en considération l’évolution des positions des collaborateurs de Julien Luchaire, ainsi que les désaccords internes. Elles invitaient également à ne pas négliger la permanence d’activités à vocation moins politique, comme les conférences en histoire de l’art – autre manière de proposer une vision plus nuancée des usages politiques de la culture par Julien Luchaire. De manière plus générale, cette attention constante à la chronologie fine et aux divisions internes a guidé nos travaux.

 

Le séminaire a ensuite mis en évidence la nécessité de réintroduire l’Allemagne comme troisième terme pour penser les rapports franco-italiens, tant du point de vue des relations – culturelles, intellectuelles, politiques – que du point de vue des représentations. L’Allemagne, qui était une référence et un allié pour l’Italie depuis le XIXe siècle, devient un ennemi, et un ennemi commun. Plusieurs communications se sont penchées sur les modalités de ce passage et sur ses conséquences.

Le domaine des sciences en fournit un premier exemple. La guerre provoque une reconfiguration des rapports scientifiques européens, dont les effets durent bien au-delà du conflit. L’entrée en guerre entraîne une rupture des réseaux scientifiques liés à l’Allemagne ainsi qu’une disqualification de la science allemande – disqualification que l’on retrouve du reste dans d’autres domaines – tandis que certains réseaux franco-italiens, délaissés avant le conflit, sont réactivés et qu’une intense collaboration scientifique entre les Alliés est mise en place au service de l’effort de guerre. Or, ces coopérations persistent après la guerre, les Allemands étant exclus des échanges scientifiques internationaux. D’autre part, ces reconfigurations ont des effets sur les objets mêmes de la recherche : si certains domaines dont les résultats ont vocation à être appliqués, comme la chimie, font l’objet d’un développement inédit durant le conflit – ce qui se conçoit aisément – d’autres secteurs sont abandonnés aux lendemains de la guerre en France comme en Italie, car ils sont associés à la science allemande. C’est par exemple le cas de la théorie des nombres. Le développement de la collaboration scientifique franco-italienne, dans ses structures comme dans ses contenus, est donc fonction d’un rejet de la science allemande.

En politique aussi, les rapports franco-italiens gagnent à être envisagés dans une perspective triangulaire. La guerre entraîne ainsi une reconfiguration des rapports entre socialistes français et socialistes italiens. La question du rapport à l’Allemagne et aux socialistes allemands est décisive dans ces évolutions, à court et moyen termes. Alors que les socialistes italiens s’étaient rapprochés de leurs homologues français avant 1914, suite au débat sur le révisionnisme en Allemagne, l’entrée en guerre vient rebattre les cartes car les Italiens se divisent sur l’attitude de la SFIO face au conflit. Le positionnement de ces derniers sur la neutralité de leur pays représente un enjeu décisif pour la constitution des camps adverses. Par la suite, l’intérêt renouvelé que les socialistes français portent aux Italiens est fonction de l’attention que leur accordent les Allemands. C’est ensuite autour du rapport à l’internationalisme (re)naissant que se redessinent les relations. Durant tout le conflit, et après, la relation des socialistes italiens au SPD est donc fondamentale pour comprendre leur rapport aux socialistes français et leurs positions face à la guerre.

 

La Grande Guerre engendre également des transformations en termes de représentations. Là aussi, le rapport à l’Allemagne – à l’Allemand – conditionne les représentations communes et réciproques des Français et des Italiens. Dans ce domaine comme dans les précédents, il faut bien entendu faire la part des variations internes, qu’elles soient politiques, sociales, géographiques et individuelles.

On peut observer cela dans la fabrique de l’ennemi comme dans l’élaboration de modèles concurrents. Le séminaire a ainsi été l’occasion de prolonger les réflexions esquissées à Bologne sur la construction et les évolutions de la figure de l’ennemi. Assigner ce rôle à l’Allemagne, pour les Italiens, n’avait rien d’évident. Dans la péninsule, c’est en effet l’Autrichien qui apparaît en 1914 comme l’ennemi par excellence. La propagande française joue ici un rôle décisif, via l’IFF. Le fonds photographique contient par exemple des images de destructions du patrimoine français provoquées par les Allemands, qui étaient montrées aux soldats. Le cinéma ou les revues pouvaient être utilisés dans le même sens.

L’étude de ces phénomènes sur la durée donne cependant à voir la complexité du cas italien. Après 1917, en Italie – comme en France – la figure du Slave vient côtoyer celle de l’Allemand au rang des ennemis communs. Mais surtout, pendant et après la guerre, la figure de l’ennemi intérieur, de l’imboscato, prend une importance croissante en Italie. L’analyse croisée des représentations du reduce dans les films de guerre français et italiens permet de mettre cela en évidence. Or, il s’agit là d’un enjeu essentiel pour comprendre les fractures internes de l’Italie, qui expliquent en partie l’installation du fascisme – lui-même friand d’ennemis intérieurs – tout comme les incompréhensions d’après-guerre entre les soeurs latines d’hier.

Corollaire de cette désignation d’un ennemi commun, l’élaboration d’idées de parenté et d’un commun culturel est destinée à promouvoir un modèle alternatif pour les peuples des deux pays. Ainsi la thématique de la latinité devient-elle fondamentale durant la Grande Guerre, parce qu’elle est brandie contre la germanité.

 

Cela nous conduit au troisième et dernier point : les travaux ont montré combien il était important de désessentialiser les relations franco-italiennes de cette période. L’idée d’une parenté entre les deux pays, notamment, n’a rien de naturel. Au contraire, elle est l’objet d’une construction, dont les fonctions sont essentiellement politiques et sont étroitement liées à la guerre et ses lendemains.

Revenons sur la question de la  latinité, fil rouge de cette journée. L’idée de la latinité comme socle commun des cultures françaises et italiennes apparaît au tournant du siècle. Elle est l’un des éléments du discours de réconciliation franco-italien. Mais cette mobilisation de la culture à des fins diplomatiques prend une toute autre ampleur avec la Grande Guerre, qui donne une portée nouvelle au concept. L’idée de sorellanza latina, de tradition latine commune, à fonction anti-allemande, est en effet centrale dans la propagande de guerre.

Le séminaire a permis d’étudier les vecteurs d’élaboration et de diffusion de ce discours, qu’il s’agisse de revues, comme la Revue des nations latines de Julien Luchaire et Guglielmo Ferrero, publiée à Paris et à Florence, ou d’associations, comme la Lega latina de la gioventù. Cette association, qui a fait l’objet d’une intervention, entend rassembler les jeunesses italienne et française autour de l’idée d’une origine latine commune, entendue ici en termes de race. Les débats autour de cette structure nous ont permis d’engager une réflexion sur la formation des élites à la sortie de la guerre et sur la signification donnée dans ce cadre au modèle français. Les usages de cette notion utilisée pour fabriquer du commun sont en réalité multiformes. Ils peuvent être techniques (ainsi l’union monétaire opposée au système prussien), politiques ou diplomatiques. Ces derniers sont d’ailleurs réversibles : durant la guerre, c’est un usage offensif qui prévaut, alors qu’après, le concept peut aussi avoir une fonction défensive – c’est le thème de la « latinité trahie ». Luigi Luzzatti l’utilise volontiers en ce sens, comme outil diplomatique, aux lendemains du conflit. Comme l’ont souligné plusieurs chercheurs, cette notion et ses multiples usages mériteraient une étude systématique, qui pourrait être menée à différents niveaux, individuel, associatif et institutionnel.

Le prisme de l’individu semble à cet égard particulièrement intéressant. Il permet en outre de rendre compte de la variété des positions et des contradictions internes, et ce faisant, de défiger l’étude des relations culturelles. Durant le conflit, des acteurs majeurs du monde culturel et scientifique de France et d’Italie sont amenés à avoir des activités politiques, qui conditionnent leur production et l’orientation de leur réseau. C’est le cas de Julien Luchaire ou du mathématicien Vico Volterra. Se pose alors la question de leur devenir après la guerre. C’est souvent au niveau européen que les expériences qu’ils ont menées sont ensuite réélaborées. Mais le prisme de l’individu permet aussi d’envisager les possibles et les projets mis à mal par l’éclatement du conflit. L’analyse de la correspondance entre Apollinaire et Soffici laisse ainsi penser que le futurisme, qu’on associe généralement à l’Italie, aurait pu avoir un destin européen.

 

À l’issue de cette journée, les reconfigurations opérées par le conflit se dessinent plus nettement. Les hommes et les outils du dialogue culturel franco-italien d’avant 1914 sont mis au service de la propagande de guerre. Le rapprochement franco-italien qui s’opère durant les années de la guerre se fait au prix d’une rupture radicale avec l’Allemagne et de sa constitution en ennemi, dont les conséquences sont durables et affectent de nombreux domaines de la culture et des sciences. Elle s’accompagne de l’élaboration de thématiques et représentations communes qui persistent malgré l’éloignement entre les deux pays après le conflit – éloignement qu’il convient cependant de nuancer. La réflexion sur l’évolution des relations franco-italiennes durant cette période est donc cruciale pour comprendre les transformations culturelles et politiques ultérieures en Europe, mais aussi pour mieux saisir des moments-clés de l’histoire italienne comme l’installation du fascisme.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *